Jazz Liberatorz

Parlez ici de vos artistes, formations ou albums de Rap ou de R&B favoris.

Modérateurs : Bush Tucker Man, Eric62, Rico le Montais, rémipaseul

Répondre
Avatar du membre
Loug
Club des 5000 et +
Messages : 6000
Enregistré le : jeudi 9 mars 2006 12:36
Localisation : Lugdunum

Jazz Liberatorz

Message par Loug » dimanche 7 novembre 2010 11:14

Jazz Liberatorz est un groupe de producteurs et DJ’s de hip-hop français, originaire de Meaux, créé en 1999 et composé de trois beatmakers : DJ Damage, Dusty and Madhi.

Aux origines, Lilian, alias DJ Damage, précise : « J’ai connu le hip hop dans la rue. Comme j'étais un des rares dj's à l'époque je traînais avec les boss dans la cité. Puis, en 1984, j'ai délaissé un peu tout ça en commençant à mixer en club »[1]. Il fait alors ses armes avec Crazy B, figure devenue tutélaire du hip-hop hexagonal (Alliance Ethnik et Birdy Nam Nam sont ses participations les plus connues), puis Cut Killer, autre poids lourd. DJ Damage forme au début des années 90 avec ces deux membres prestigieux une association de dj's : "le Double H".

Durant les années 90, DJ Damage fait connaissance avec Benoît, alias Madhi, lors d’une session sur la radio locale de Meaux, Radio RM7. Mahdi bosse alors en parallèle avec Dusty sur des productions pour des artistes locaux. Les deux partenaires s'approvisionnent en samples chez Lilian. Dixit Madhi, « à force de kiffer les mêmes disques l'idée de mettre nos énergies en commun est venue naturellement. C'est la passion du rap et l'apport du jazz qui nous a réunis »[2].

Les Jazz Liberatorz ont acquis leur renommée en quelques années grâce à des maxis sur lesquels ils ont pu nous faire explorer leur univers aux côtés d'artistes américains comme Aloe Blacc, Wildchild, Declaime, T-Love, Fat Lip ou encore Fresh Air.

Dans une interview parue en 2007, DJ Damage rend hommage aux styles musicaux choisis par le groupe : « Notre musique, le rap comme le jazz, n'est pas pauvre en France. Mais cette idée globale que s'en font la plupart des gens a fini par le ghettoïser. Pourtant c'est un truc universel présent dans toutes musiques mais plus encore dans celle-là... Ca sort des tripes, ça vient de l'âme... Et c'est ce qu'on essaye d'exprimer à notre tour »[3].

Le groupe réalise leur premier album version longue sur le label indépendant français KIF Records. Clin d’œil, sorti le 21 janvier 2008, est une fusion entre le hip-hop underground « old school », la soul des années 70 et le jazz. L’oeuvre est marquée par de nombreuses collaborations (Tre Hardson, Fat Lip, Omni, Asheru, J.Sands, T-Love,...). La pochette fait référence au label Black Jazz[4].

Le 18 mai 2009 paraît l’album Fruit Of The Past. Dans la continuité du premier album, les membres du groupe sont assistés par Emanon (sur What’s Real), M’Selem (Dark Keys), Mos Def (Mountain Sunlight) et 20Syl, du groupe français Hocus Pocus. On retrouve parmi les autres invités des artistes présents sur les précédentes éditions (T-Love, Fat Lip, Declaime, Wildchild, Aloe Blacc) mais aussi de nouveaux venus (Rico, Dela, Drum Brothers,…).

Discographie
2008 : Clin d'Oeil
Image
2009 : Fruit Of The Past
Image
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jazz_Liberatorz

Je n'ai aucun des deux albums, mais quand j'écoute http://www.dailymotion.com/video/x4jecr ... mind_music je me dis que je devrais peut être rattraper ça...
Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse...

Répondre

Retourner vers « Rap / R&B »