Dr Dre

Parlez ici de vos artistes, formations ou albums de Rap ou de R&B favoris.

Modérateurs : Bush Tucker Man, Eric62, Rico le Montais, rémipaseul

Répondre
Avatar du membre
laconi
Conseiller honoraire
Messages : 15316
Enregistré le : mercredi 9 août 2006 10:36
Âge: 39
Localisation : Pays du Cognac

Dr Dre

Message par laconi » samedi 6 novembre 2010 17:57

Salut,

Personne ne l'a encore fait, alors j'inaugure cette section et tant qu'à faire autant commencer par une très grosse pointure du milieu : Dr Dre !
J'ai ressorti cet aprem un vieux CD qui date d'une bonne dizaine d'année et qui n'a pas pris une ride à mes oreilles :roll: :lol:
Certainement un des plus grand classique de l'histoire du rap, l'album : 2001 !
Image

La petite bio du Monsieur :
Dr. Dre : Biographie

Dr. DreDr Dre, de son vrai nom Andre Young, est né le 18 février 1965 à Compton, dans le South Central de Los Angeles, ghetto dangereux en Californie. Il est le fils de Verna Griffin et le demi-frère de Warren Griffin plus connu sous le nom de Warren G.

Il débute sa carrière assez jeune puisqu’à partir de 1982, il mixe déjà lors de soirées organisées dans les clubs du South Central. Il enregistre quelques morceaux avec le World Class Wrekin’ Crew, groupe de Compton dont faisait partie un certain Coolio.
N.W.A.

Mais il était trop doué pour passer sa vie en tant que DJ. En 1986, il fait la connaissance d’Ice Cube, un jeune débutant dans le monde du rap. Ces deux-là furent les pionniers du mouvement gangsta rap. Ils rencontrent Eazy-E, un ancien dealer aussi natif de Compton qui vient de créer son label Ruthless records. Eazy-E cherche un parolier et Ice Cube lui propose les lyrics de « Boyz In The Hood » qu’il a écrites au lycée. Eazy-E signe les deux compères sous son label et ensemble ils créent le groupe N.W.A. (Niggaz With Attitude) en recrutant DJ Yella et un jeune étudiant MC Ren.

En 1987, le groupe sort un premier album N.W.A. and The Posse, avec d’autres rappeurs de Compton. Ice Cube qui souhaite poursuivre ses études d’architecture à Phoenix en Arizona, quitte le groupe et ne participe donc pas à cet album qui ne connaîtra pas le succès.
Straight outta Compton

L’année suivante, Ice Cube réintègre le combo et s’impose comme rappeur mais aussi comme le parolier du groupe. Dr. Dre se charge de la production avec la complicité de DJ Yella et participe à leur second album Straight outta Compton également en tant que rappeur avec MC Ren et Eazy-E.

L’album fait scandale car il est très provocateur et regorge de violence avec des textes parlant de sexe, de drogue, d’armes. Quoiqu’un peu exagéré, l’album reflète la dure réalité des ghettos. Les menaces des autorités commencent à peser sur le groupe et le FBI leur adresse par courrier un avertissement sévère pour la désormais célèbre chanson F*ck tha Police dans laquelle le groupe insulte très explicitement les forces de l’ordre. Du rap old school avec des beats rapides accompagnés de paroles vulgaires et de bruits de sirènes ont transformé Straight outta Compton en succès et même en classique du rap américain.

Dr Dre participe en 1990 à l’EP 100 Miles and Runnin’ et à ce qui sera le dernier album du groupe en 1991: Efil4zaggin. Suite à un conflit financier, le groupe se sépare cette année-là, chacun des membres poursuivant sa carrière de son côté.
G-Funk baby !

Dr Dre fonde ensuite le label Death Row Records en association avec Suge Knight. Son demi-frère Warren G lui passe la démo d’un jeune rappeur de Long Beach nommé Snoop Doggy Dogg. Convaincu par la démo, Dre décide de le prendre sous son aile. Il signe son disciple sous son label et ils apparaissent ensemble sur la chanson Deep Covers de la BO du film du même titre.

Dr Dre sort à la fin de l’année 1992 un album G-funk (variante gangsta rap développée par le groupe Above The Law dans un premier temps puis par Dr. Dre) nommé The Chronic sur lequel apparaît son disciple Snoop Doggy Dogg ainsi que d’autres protégés comme The Lady of Rage, Dat Nigga Daz, Nate Dogg, Kurupt, Jewell… La Death Row « dream team » est créée.

L’album remporte un énorme succès grâce aux hits planétaires Ain’t Nuthing But a G Thang, Let Me Ride, Lil’ Ghetto Boy, le sévère diss contre Eazy-E F*** Wit Dre Day mais aussi grâce à la chanson The Dayz The Niggaz Took Over dans laquelle il décrit à sa façon comment se sont passées les émeutes dans les rues de L.A. après que des policiers racistes aient tabassé un black nommé Rodney King. Il s’agit du plus gros succès de l’histoire du rap avec 20 millions d’albums écoulés. Death Row Records a définitivement décollé avec seulement un disque de Dr. Dre !

L’année suivante, il produit entièrement l’album de Snoop Doggy Dogg, Doggystyle, qui reste en tête des charts rap pendant six mois et se vend à six millions d’exemplaires. En 1994, il produit chez Death Row la BO du film Murder Was The Case, un court métrage imaginé par Snoop Doggy Dogg sur la vie de gangster. Il se réconcilie aussi avec Ice Cube sur la chanson hardcore Natural Born Killaz.
Rollin’ down the 90′

L’album Concrete Roots, qui n’a absolument rien à voir avec le G-funk, voit le jour en 1994 mais pas sous le label Death Row. Cet opus, rarement intégré à la discographie de Dr. Dre, est un mélange de passages rap avec des musiques électro-funk. Un rappeur nommé The D.O.C. y pose à de multiples reprises sur des musiques conçues par Dr. Dre. Cet album n’aura pas un grand succès.

L’année suivante, en 1995, il participe à la BO du film écrit par Ice Cube, « Friday », avec la chanson Keep Ya Heads Ringin. Il se réconcilie à l’hôpital, en présence d’Ice Cube, avec Eazy-E alors atteint du sida. Il décédera peu de temps après. Toujours en co-dirigeant son label Death Row, il mixe toutes les chansons du Dogg Food de Tha Dogg Pound, album entièrement produit par Daz. Il apparaît sur la bombe No Diggity du groupe new yorkais Blackstreet cette même année; le single est un carton.

Lorsque Suge paye la caution de 1,4 million de dollars pour la liberté de Tupac Shakur et que ce dernier arrive chez Death Row, Dr. Dre lui apporte sur un plateau d’argent le chef d’oeuvre California Love où les deux rappeurs fusionnent pour donner le meilleur. Lors de l’enregistrement de l’album All Eyez On Me de 2pac (premier double-album de l’histoire du rap, sorti en février 1996), Dre se dispute avec Snoop Doggy Dogg et 2pac. Ce qui ne l’empêche pas de collaborer à la production avec le remix de California Love et la chanson Can’t C Me.
Aftermath

Dre quitte Death Row en mauvais termes en 1996. Il revend ses parts et crée un nouveau label, Aftermath Entertainment, qu’il dirige cette fois à part entière.

A la fin de l’année 1996, il livre Dr. Dre Presents the Aftermath, une compilation pour lancer son nouveau label, avec de très bons morceaux comme Been There Done That ainsi que le titre East Coast / West Coast Killaz de Group Therapy, favorisant la paix entre les deux grands pôles du rap américain, avec Nas et KRS-One pour la côte Est et B-real et RBX pour la côte Ouest. On retiendra également Straight Gone de King-Tee, un ancien du Likwit Crew qui a travaillé avec Dre au débuts des années 1980. Malgré tout, ce disque ne fut pas un très bon départ pour le label Aftermath.

Dre devient cependant le maître de la production en travaillant avec des artistes venant de tous horizons et pas seulement de Californie comme il en avait pris l’habitude. On le retrouve d’ailleurs sur l’album It Was Written de Nas en 1996 où il produit Nas Is Coming.
Eminem

En 1997, il lance le projet The Firm, avec les rappeurs AZ, Foxy Brown, Nas et Cormega mais une mésentente entre certains membres du combo minera le projet. On note ensuite un duo entre Dre et B-Real du groupe Cypress Hill sur Puppet Masters.

Cette année-là, Dre se rend aux Rap Olympics de Los Angeles où un rappeur blanc nommé Eminem termine deuxième de ce concours. Eminem attire l’attention de Dre qui apprécie le rap très controversé du jeune homme. Il le rencontre et lui propose un contrat qu’Eminem signe en moins de trois jours. Dès lors, Dre bosse avec son nouveau disciple et produit The Slim Shady LP en 1999 qui se vendra à 7 millions d’exemplaires dans le monde. Puis, il collabore avec le rappeur mythique Rakim qui signe chez Aftermath: son album The Master sort en novembre 1999, produit par Dr. Dre lui-même ainsi que le talentueux DJ Premier du Gangstarr. Rakim réalise là un bon album.
2001

En fin d’année, Dr. Dre réapparaît en tant que rappeur avec 2001 qui sera l’un des plus grands classiques de l’histoire du rap. Lancé discrètement par le single The Watcher, cet album sera surtout popularisé par le tube Still D.R.E, en duo avec Snoop Dogg. Ce sera le hit de l’été 99. Puis Forgot about Dre, le second véritable single sort avec Eminem en featuring, un duo de choc qui domine l’industrie du rap à cette période. Enfin, autre extrait de cet album, le désormais très célèbre The Next Episode, avec Snoop Dogg et Nate Dogg, montre une nouvelle fois que Dre, producteur de toutes les chansons de son album, demeure l’une des plus importantes personnalités du gangsta rap.

Dre livre ici ce qui peut être considéré comme la suite de son grand classique G-funk The Chronic paru sept ans auparavant. Il recevra d’ailleurs un Grammy Award pour Forgot about Dre, titre reconnaissable entre tous à cause de ses instrumentals.

En l’espace de quelques années, Aftermath est devenu un label majeur de la scène rap aux États-Unis, reconnu pour la qualité de ses artistes et de ses productions. Les ventes astronomiques en sont le premier témoin.
N.W.A. le retour

Entre-temps, le groupe N.W.A. est réactivé avec Snoop Dogg pour remplacer le défunt Eazy-E. Chin Check, extrait de la bande originale du film Next Friday d’Ice Cube, symbolise cette reformation. L’espace d’une seule chanson, le passé et les souvenirs des années 1980 resurgissent. Dre retrouve par ailleurs son frère d’arme Ice Cube en 2000 grâce au terrible Hello qui relance ce dernier dans le droit chemin.

Nouveau coup de génie de Dr. Dre avec la majorité des chansons qu’il a produites sur The Marshall Mathers LP d’Eminem sorti en mai 2000. Un album assassin du Slim Shady qui se vend à dix-sept millions d’exemplaires.

Il remet ça avec la production de The Restless LP, le bijou de Xzibit, contenant notamment le tube X et son air de tango. Cette année-là, Xzibit est le nouveau roi de la West Coast.

Dr. Dre fait une nouvelle fois preuve de génie en travaillant au niveau de l’écriture ou de la production sur la moitié des titres de Tha Last Meal, cinquième album solo de Snoop Dogg.

Il collabore avec D12 et Busta Rhymes pendant l’année 2001 et s’associe à nouveau avec Snoop Dogg pour la BO de « The Wash ». Cette BO, produite par lui-même, sera signée sous Aftermath et Doggystyle Records (et sur Interscope qui s’occupe notamment de la distribution des disques de Shady / Aftermath). On y retrouve des rappeurs comme Busta Rhymes, Snoop Dogg, D12, Knoc-Turn’al, Soopafly, Joe Beast (rappeur inconnu mais membre d’Aftermath l’espace de quelques mois), Bubba Sparxxx, les chanteuses R&B Truth Hurts (signées chez Aftermath) et Shaunta. The Wash est une BO avec un sacré potentiel et des hits en puissance: Bad intentions, The Wash, Straight West Coast, Holla. Ce fut encore un coup de maître.
Ses autres protégés

Puis vient l’époque où Dre produit l’album de la chanteuse Truth Hurts, lancé par le single Addictive featuring Rakim, « composé » par DJ Quik, autre rappeur West Coast originaire de Compton. En fait, DJ Quik a simplement enregistré sur vidéo le clip d’une chanteuse indienne passant à la télévision puis a repris la musique avant de l’apporter pour la première signature féminine d’Aftermath. Il s’ensuit des poursuites judiciaires…

Dre s’occupe aussi de sa dernière trouvaille, Knoc-Turn’al, qui sort un EP de six titres appelé L.A. Confidential presents… Knoc Landin’ connu pour ses chansons Musik, Knoc avec Missy Elliot, Let’s all rolls et le remix de Straight West Coast avec Xzibit, Warren G, Shade Shiest et Nate Dogg.

Dre continue de bosser avec Eminem même si celui-ci devient de plus en plus indépendant. Il participe à l’élaboration de The Eminem Show en 2002. Le Doctor devait sortir en 2002 son nouvel album intitulé Detox mais celui-ci prend du retard.
50 Cent

Puis vient l’époque du renouveau de la part du label Aftermath avec une nouvelle recrue nommée 50 Cent qui sort son album Get Rich Or Die Tryin’ produit par Dre et Eminem. Encore une fois, c’est un succès: l’album se vend à 11 millions d’exemplaires, ce qui est énorme pour un rappeur sortant de l’underground.

Dre s’occupe alors des différents membres d’Aftermath mais aussi de ceux de Shady Records comme Obie Trice pour qui il produit quatre chansons de son premier album. Il continue à produire de nombreux artistes, à l’exception de Rakim parti fin 2002 pour changer de style de production et de Snoop Dogg devenu totalement indépendant et qui a choisi désormais de collaborer avec les Neptunes. Il y a cependant du sang neuf pour Aftermath avec un jeune rappeur du Sud, d’Atlanta plus précisément, nommé Stat Quo.
The Game

En janvier 2005, un nouveau rappeur signé sous Aftermath, The Game, originaire de Compton tout comme Dr. Dre, livre un album excellent. Dr. Dre réalise ici un coup de génie supplémentaire en dirigeant le projet The Documentary (initialement intitulé N.W.A., cela nous rappelle quelque chose), un chef-d’oeuvre qui marque le renouveau de la West Coast. L’album s’écoule à plus de 400.000 exemplaires en seulement une journée.

Entre-temps, l’album Detox n’est toujours pas sorti car Dre continue de travailler avec ses rappeurs, notamment 50 Cent dont le nouvel album The Massacre paraît en mars 2005. The Game quitte Aftermath pour Geffen Records suite aux beefs avec 50 Cent, mais reste tout de même en bonne entente et loyal envers le « médecin » le plus célèbre de la planète.
Du renouveau

Aftermath est désormais un label plus que cosmopolite, qui accueille un grand nombre de nouvelles recrues, par exemple les six filles sexy du groupe The Pussycat Dolls dont l’album PCD (2005) est un succès total, ainsi que l’album Big Bang (2006) de Busta Rhymes.

Bishop Lamont, un rappeur peu connu, attend également son heure de gloire, pris sous l’aile de son mentor. Reakwon, membre du légendaire groupe Wu Tang Clan, formé entre Staten Island et le Bronx, est la nouvelle signature inattendue du label Aftermath.

En attendant Detox, d’ores et déjà annoncé comme une grande réussite et repoussé à 2007, les fans peuvent réécouter les bons moments de la carrière de monsieur Andre Young, de ses débuts proches des prises de position de Public Enemy et Boogie Down Productions (grands groupes de New York) dans les années 80, jusqu’à sa période de renaissance en passant par l’ère G-Funk.

Olivier Cunha
Pour ceux qui sont capables de passer outre leurs préjugés, je pense que c'est surement par là qu'il faut commencer pour s'intéresser à ce courant musical

Pour les amateurs de vinyles il existe de très beau pressage de cet album 8)
Hifi : Hyperion HPS 938, McIntosh Mc352, Audio Research SP16, McIntosh MCD7007, Micro Seiki BL91/SME 3009, MPC Audio.

Avatar du membre
Bush Tucker Man
Moderateur+
Messages : 9059
Enregistré le : samedi 23 décembre 2006 16:29
Âge: 44
Localisation : Pays du Cognac

Re: Dr Dre

Message par Bush Tucker Man » samedi 6 novembre 2010 20:22

Penses tu que cette œuvre pourrait convenir au chef :roll:
Hyperion HPS 938, MCD7000, Mc C2200, Mc300, Thorens TD145MKII

Avatar du membre
ben the only1
Club des 5000 et +
Messages : 9489
Enregistré le : dimanche 19 novembre 2006 20:34
Âge: 40
Localisation : tout prés de paris!

Re: Dr Dre

Message par ben the only1 » samedi 6 novembre 2010 23:14

Dr Dre, un ovni dans la planéte hip-hop et surtout un détecteur d'usine à hit et de dollars :lol: (snoop, eminem, 50cent...)

Par contre, je ne suis pas certain que 2001 soit l'album le plus à même pour se mettre au rap us. Pas qu'il soit difficile d'accés mais il y'a d'autres artistes peut-être plus penché vers des ryhtmes cool... :wink:

Quoiqu'il en soit, Dr Dre sera l'ami de vos woofers! :mrgreen: :lol:
HP Papier, Tubes et vieilleries numériques!

Avatar du membre
Eric62
Administrateur
Messages : 18330
Enregistré le : dimanche 12 février 2006 00:47
Âge: 51
Localisation : Sud de Lille au nord du Pas-de-Calais

Re: Dr Dre

Message par Eric62 » dimanche 7 novembre 2010 11:33

Bush Tucker Man a écrit :Penses tu que cette œuvre pourrait convenir au chef :roll:
Joker. :lol:

Le Image m'effraie un peu. :ange: :ange: :lol: :wink:
Nous savons tous les deux que le monde sommeille par manque d'imprudence - Brel (Jojo)
Pour soutenir le forum : rejoignez l'association Ambiance Hifi ou faites-lui un don.

Avatar du membre
Bush Tucker Man
Moderateur+
Messages : 9059
Enregistré le : samedi 23 décembre 2006 16:29
Âge: 44
Localisation : Pays du Cognac

Re: Dr Dre

Message par Bush Tucker Man » dimanche 7 novembre 2010 11:56

Ce pictogramme n'apparait pas que sur les cd de rap, certains chanteurs de hard l'affichent également :wink:
Hyperion HPS 938, MCD7000, Mc C2200, Mc300, Thorens TD145MKII

Avatar du membre
Eric62
Administrateur
Messages : 18330
Enregistré le : dimanche 12 février 2006 00:47
Âge: 51
Localisation : Sud de Lille au nord du Pas-de-Calais

Re: Dr Dre

Message par Eric62 » dimanche 7 novembre 2010 12:37

Je sais bien Ludo, c'est pour taquiner. :lol: :wink:
Nous savons tous les deux que le monde sommeille par manque d'imprudence - Brel (Jojo)
Pour soutenir le forum : rejoignez l'association Ambiance Hifi ou faites-lui un don.

Avatar du membre
Rico le Montais
Moderateur+
Messages : 6874
Enregistré le : mardi 3 juillet 2007 15:15
Âge: 51
Localisation : Aux portes de la Sologne, au pays des chateaux (Loir & Cher)

Re: Dr Dre

Message par Rico le Montais » dimanche 7 novembre 2010 20:52

Il me semble que Green Day avait ça sur un album aussi
Rega Planet MK3+PC Foobar2000->DacMagic plus->Cairn 4808NF->Qed XT->DIY 3 Way Discovery- caisson BK 200XLS DF
TD Onkyo->Cambridge 540P
HTPC->Plasma Panasonic TH42PZ81FV

Beefeater
Messages : 3
Enregistré le : samedi 29 octobre 2011 09:57

Re: Dr Dre

Message par Beefeater » samedi 29 octobre 2011 10:55

Sur certains cd de rap ce pictogramme apparait (exemple : JAY-Z The Blueprint 3).

Répondre

Retourner vers « Rap / R&B »

cron