Stefano LANDI (Classique)

Musique de la période 1600 à 1750

Modérateurs : Bush Tucker Man, Eric62, Rico le Montais, rémipaseul

Répondre
Avatar du membre
Jean-Michel
Messages : 166
Enregistré le : lundi 30 janvier 2006 18:17
Localisation : Châtel-Guyon (63)
Contact :

Stefano LANDI (Classique)

Message par Jean-Michel » mardi 7 février 2006 16:57

Salut à tous,

Aujourd’hui, j’ai choisi de vous parler d’un compositeur Italien : STEFANO LANDI (1586-1639).

Un des plus importants compositeurs romains de son temps.

Bien qu'ayant travaillé toute sa vie comme musicien d'église, Landi composa ses oeuvres les plus importantes pour le théâtre. Il servit les Barberini pendant plusieurs années et avec leur soutien entra dans le choeur pontifical (comme alto) en 1629.

Son opéra Il Sant'Alessio - le premier basé sur un sujet historique et donc à représenter des mortels ordinaires - fut donné au palazzo Barberini en 1632. En 1634, il fournit de la musique pour une nouvelle édition d'hymnes commandée par le pape, et en 1635 mit en musique I pregi della primavera d'Ottaviano Castelli pour une représentation à la résidence d'été pontificale de Castel Gandolfo.

Landi avait été éduqué à Rome au Collegio Germanico et au Seminario Romano où, tout en étudiant la rhétorique et la philosophie, il avait travaillé avec le maestro di cappella Agazzari.
Son premier opéra, La morte d'Orfeo, fut commandé en 1619 par la famille Borghèse. Les dédicaces de ses recueils d'airs et de psaumes révèlent parmi ses mécènes d'autres princes et cardinaux.Dans La morte d'Orfeo, Landi se montra très à l'aise dans la fusion du stile antico de ses messes et madrigaux à cinq voix et du stile moderno de son Magnificat concertato, de ses psaumes de vêpres et de ses airs monodiques.

Mais l'intégration de pratiques diverses ne donna pas toujours d'heureux résultats en 1629, des membres du choeur pontifical se montrèrent incapables, étant donné leur modernité de langage, d'exécuter ses répons.

L'opéra Il Sant Alessio, destiné à une grande occasion, incorporait plusieurs choeurs et de substantielles sinfonias orchestrales - les premières ouvertures d'opéra - et exigeait des décors et une machinerie très élaborés -pour que la Religion puisse être transportée sur un nuage et le diable entouré par les flammes.

Source : http://www.goldbergweb.com/en/history/c ... /11312.php
:wink:

Que l'émotion soit avec nous.

Amitiés,

Jean-Michel

Avatar du membre
Jean-Michel
Messages : 166
Enregistré le : lundi 30 janvier 2006 18:17
Localisation : Châtel-Guyon (63)
Contact :

Message par Jean-Michel » mardi 7 février 2006 16:57

Je vous recommande chaleureusement ce disque :

"Homo fugit velut umbra"

Pour son nouveau disque-catalogue, Alpha a choisi de rééditer l’enregistrement de L’Arpeggiata consacré à Stefano Landi, musicien au service de la famille Barberini à Rome au XVIIe siècle. Outre ses opéras, Landi fit publier plusieurs livres d’airs pour voix soliste ou ensemble vocal, dont sont extraites la plupart des pièces de ce disque.

Douce mélancolie du cornet, émotion vibrante de la harpe ancienne, profondeur du théorbe, magie du psaltérion… l’ensemble animé par Christina Pluhar déploie une tapisserie sonore d’une prodigieuse beauté. À l’hédonisme des instruments répond celui des voix, avec au premier chef le ténor inclassable de Marco Beasley. Dès l’anonyme Passacaglia della Vita, son timbre envoûtant et sans pareil, mis au service d’une sensualité toute baroque, captive l’auditeur, le transporte dans un univers d’onirisme et de poésie en marge des modes et du temps.

Vous le trouverez, ainsi que la suite des commentaire de l'oeuvre, à l'adresse suivante :
http://www.abeillemusique.com/produit.php?cle=12065
:wink:

Que l'émotion soit avec nous.

Amitiés,

Jean-Michel

Répondre

Retourner vers « Musique baroque »