Histoire de la musique de la période renaissance

Musique de la période 1400 à 1600

Modérateurs : Bush Tucker Man, rémipaseul, Eric62, Rico le Montais

Répondre
Avatar du membre
Eric62
Administrateur
Messages : 18199
Enregistré le : dimanche 12 février 2006 00:47
Âge: 50
Localisation : Sud de Lille au nord du Pas-de-Calais

Histoire de la musique de la période renaissance

Message par Eric62 » mardi 7 septembre 2010 11:40

Pour mieux connaître cette période, voici un article repris de Wikipédia.


Musique de la Renaissance

On désigne par musique de la Renaissance la musique européenne composée pendant la Renaissance, approximativement entre les années 1400 et 1600. Il s'agit d'une convention : si la dernière date n'est guère contestable eu égard à l'évolution importante du début du XVIIe siècle, et qui marque le début de la période baroque, il n'en est pas de même pour le début de cette période. Ces deux siècles se situent clairement, en ce qui concerne la musique, en continuité avec ce que nous appelons le Moyen Âge tardif, avant d'acquérir des traits spécifiques.

L'histoire de la musique de la Renaissance

Jusqu'au XVe siècle, la religion chrétienne avait établi une règle à ne pas enfreindre : la musique n'était qu'un moyen de prière. Dès lors, pour sortir de l'emprise de l'Église, les artistes commencèrent à s'opposer à cette contrainte. Ils se firent vraiment entendre à partir du XVIe siècle. En contradiction avec cette musique religieuse, naît la musique profane inspirée des religions païennes qui est très différent de la polyphonie (chant à plusieurs voix). Le chant accompagne la mélodie, qui peu à peu dépassera les limites de la voix. C'est aussi la naissance de l'imprimerie musicale avec les « tablatures » ancêtres de nos partitions. Celle-ci permet alors une meilleure diffusion des oeuvres

Les XVe et XVIe siècles voient un renouveau d’intérêt pour les cultures antiques grecques et romaines qui a fortement influencé la musique. Les compositeurs de la Renaissance ont voulu opérer un « retour à l’Antique », imiter la musique des anciens grecs. Comme ils ne disposaient que d’écrits théoriques sur la musique grecque, ils ont élaboré leur propre style en se basant sur ces écrits.

Franchino Gaffurio était un théoricien de la musique qui s’appuyait sur des textes grecs. Ses écrits ont renouvelé la pensée sur des thèms tels que les modes, consonnance et dissonance, les éléments et la portée du système tonal, les diapasons, les relations mot-musique et l’harmonie de la musique, sur le corps et l’esprit humain, et sur le cosmos[1].

Contrairement au Moyen Âge, l’écriture musicale accepta les tierces et les sixtes comme consonnances. Les maîtres du contrepoint élaborèrent de nouvelles règles pour contrôler les dissonances[2]. Le manuel d’enseignement du contrepoint par excellence au XVe siècle était le « Liber de arte contrapuncti, du compositeur Flamand Johannes Tinctoris (env. 1435 – env. 1511).

Vers la fin du XVe siècle, la musique polyphonique sacrée (par exemple, les messes d'Ockeghem et d'Obrecht) retrouve une certaine complexité que l'on peut rapprocher du goût du détail de la peinture de la même époque. À cette tendance, succède, dans la première partie du XVIe siècle un retour vers plus de dépouillement, perceptible dans les œuvres de Josquin des Prés ou de Palestrina : évolution due, en partie, à l'influence du Concile de Trente et du début de la Contre-Réforme qui déconseillent la polyphonie trop complexe, supposée nuire à la bonne compréhension des textes sacrés.

Vers la fin du XVIe siècle, plusieurs tendances importantes et contrastées apparaissent. La musique profane, et notamment le madrigal, acquiert une complexité croissante et même un chromatisme exacerbé ; en sont de bons exemples les madrigaux de Luzzasco Luzzaschi, Luca Marenzio et Carlo Gesualdo. Cependant, à Florence, commence à naître un mouvement dont l'ambition est de faire revivre les formes dramatiques et musicales de la Grèce antique telles qu'on les imaginait, faisant appel à la monodie, une forme de déclamation avec un accompagnement musical simplifié (le stile rappresentativo). On peut difficilement imaginer contraste plus complet avec la polyphonie pourtant contemporaine ; il est vrai qu'il s'agit, tout au moins au début, d'un trait particulier à la musique profane. C'est à Venise entre 1550 et 1610 que se développe un style polychoral impressionnant — avec Gabrieli et Merulo — qui donne à l'Europe une des musiques les plus grandioses et les plus sonores qui aient été composées jusqu'alors, impliquant plusieurs chœurs de chanteurs, des cuivres et des cordes répartis dans des emplacements différents de la basilique Saint-Marc. Tous ces changements affectent les différents foyers musicaux européens pendant les décennies qui suivent : tout d'abord les pays germaniques, puis l'Espagne, la France et l'Angleterre, y marquant ce que nous appelons aujourd'hui le début de la période baroque en musique...

Les genres spécifiques
  • - Musique du Siècle d'or espagnol
    - École franco-flamande
    - la chanson polyphonique
    - la chanson pour luth
    - le motet
    - la messe
    - la canzone
    - la cantate
    - le madrigal
Les instruments

La renaissance est une période ou beaucoup d'instruments furent créés, découverts :

Instruments à cordes
  • - La viole
    - La viole de gambe
    - Le luth
    - La vihuela
    - La harpe
Instruments à vent
  • - La flûte à bec
    - Le cornet à bouquin
    - La sacqueboute
    - La chalemie
    - Le basson
La musique ancienne de nos jours

Parmi les interprètes de la musique de la Renaissance, on peut citer les luthistes Hopkinson Smith et Paul O'Dette, le corniste William Dongois, le gambiste et chef d'orchestre Jordi Savall, les chanteurs et chefs Alfred Deller, Dominique Visse et Bruno Boterf, les chefs Peter Phillips, Paul van Nevel, Paul McCreesh, Philippe Herreweghe, Edward Higginbottom, James O'Donnell, l'ensemble doulce mémoire.
Nous savons tous les deux que le monde sommeille par manque d'imprudence - Brel (Jojo)
Pour soutenir le forum : rejoignez l'association Ambiance Hifi ou faites-lui un don.

Répondre

Retourner vers « Musique de la Renaissance »

cron